18 novembre 2017

Pas de brouillard ce matin, le réveil de la cathédrale en est banal. J’aurais aimé avoir à raconter le levé de brouillard, comme un haut de pyjama qu’on retire en levant les bras pour le passer par la tête, une manche, toujours, reste retournée. Les flèches comme deux seins un peu pointus. Moelleux du pyjama doudou en jersey de brouillard. Effigie de Gradlon imprimée sur le ventre ?

Posté par zinzolibulles à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 novembre 2017

Ouverts, fermés, ouverts, fermés encore : rien ne change, que les yeux soient ouverts ou fermés, le monde a disparu dans le brouillard.

Soleil levé, le brouillard s’est échappé par le haut, pâle dégradé des flèches de la cathédrale, ont-elles trempé dans un verre de lait, biscuit sec ramolli, qui va le déguster ? Attention aux gouttes de lait sur le menton.

Posté par zinzolibulles à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2017

Les cascades de chrysanthèmes jaunes et blancs qui habillent les passerelles sont doublées par leur reflet, l’Odet semble couverte d’un manteau de pétales. Dans la lumière encore basse, les fleurs sont lumineuses.

***

Ce matin, épais brouillard rosé. Les fleurs seront fantomatiques.

***

Entretien des berges qui coupe court aux poétiques bouquets de pâquerettes qui tapissaient les parapets.

***

Traverser la passerelle de Locmaria dans le brouillard donne l’impression de marcher sur un nuage, de part et d’autre, rien que la brume.

***

Brume lumineuse, comme éclairée de l’intérieur, petit à petit les flèches apparaissent, sur fond de ciel bleu, comme un décor que l’on descendrait des cintres.

Posté par zinzolibulles à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2017

Le soleil dore les nuages, qu’il va percer. Déjà, le brouillard se dissipe. Les toiles d’araignées brillent au soleil, retenant prisonnières des gouttes de rosée. Les buissons sont comme drapés de cette fragile dentelle ajourée. Un arbre – c’est un chêne, est décoré comme le serait un sapin à l’aube du 24 décembre. Guirlandes de minuscules lampions. Les araignées auraient aussi mauvais goût que moi, en matière de lampion ? Sourire complice, clin d’œil à l’araignée. Sur le talus, une toile tendue entre deux graminées, une cible, avec en son centre un diamant liquide.

Posté par zinzolibulles à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 octobre 2017

Lorsque le jour se lève, le monde a littéralement disparu. La ville baigne dans le brouillard, infuse telle une grenouille dans une bouteille d’alcool. « Heureux crapaud » a dit Max Jacob, à propos de tout autre chose. Heureuse grenouille dans son bocal d’éternité. Quoi que. Ce sont les vacances scolaires, les éclats de vie ont laissé la place à l’outre silence. 

Posté par zinzolibulles à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,